À Faux-Vésigneul, ils sont vent debout contre les neuf nouvelles éoliennes


À Faux-Vésigneul (Marne) ils sont vent debout contre les neuf nouvelles éoliennes
Le projet de la société Global wind power prévoit l’installation de neuf nouvelles éoliennes entre le village et le parc des Gourlus, inauguré le 14 janvier.

C’est un véritable bras de fer qu’ont engagé les élus de Faux-Vésigneul. Leur combat ? Empêcher l’installation de neuf nouvelles éoliennes dans la commune, alors que douze ont été inaugurées le 14 janvier, au parc des Gourlus. Un souhait réitéré lors des vœux de Jean-Christophe Mangeart, le maire. «  On commence vraiment à être cerné. Il y a des éoliennes partout, notamment dans les communes voisines. Les vents dominants soufflent vers l’ouest et le bruit est vraiment perceptible. Sans compter qu’il y a des soucis de réception de la TNT et des réseaux mobiles. » Les neuf nouvelles éoliennes doivent être installées à une distance comprise en 1 000 et 1 200 mètres du village, soit plus près que celle des Gourlus qui sont à 1 600 et 1 700 mètres de distance.
Des méthodes peu appréciées :
La société danoise Global Wind Power* qui veut développer le projet, ne s’est pas arrêtée au refus du conseil municipal. «  Ils nous ont dit qu’ils allaient continuer, comme la loi l’autorise. Ils ont donc déposé une première demande à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dréal). Demande qui a été jugée non recevable parce que l’étude est incomplète et trop vieille  ». Une seconde demande a été déposée en novembre dernier. Si elle est jugée recevable, une enquête publique pourrait voir le jour afin de déterminer si le projet peut avoir lieu. «  Généralement, il faut quatre ou cinq mois pour obtenir la réponse  ».
Au-delà des dérangements que pourraient créer les éoliennes, ce sont aussi les méthodes utilisées par la société qui interroge l’élu. Leur dossier est composé de deux volets. L’un comprenant huit éoliennes, l’autre la neuvième. «  Il s’agit d’une éolienne citoyenne. Les habitants pourraient bénéficier de l’argent dégagé par l’édifice. On a un peu le sentiment qu’ils veulent nous acheter. » Des méthodes qui ont visiblement aussi surpris en plus haut-lieu. «  J’ai eu quelques échos de la Dréal et eux non plus n’ont pas apprécié comment la société se comportait ».
Si le parc des Gourlus a bien été développé par Global Wind Power, c’est l’entreprise Web énergie du vent qui est maître d’œuvre. Cette dernière, par l’intermédiaire de son directeur, va dans le sens de la municipalité. «  Nous ne portons pas le projet de ces neuf nouvelles éoliennes. Nous avons très vite compris qu’il n’y aurait pas de consensus. Notre position, c’est de respecter la volonté de la commune  », indique Nicolas Blais. D’ailleurs, il est plutôt sceptique quand à l’issue du projet. «  Je n’y crois pas. Il faut que les habitants soient rassurés. Rien ne sera fait contre leur volonté  ». D’autres politiques se sont aussi positionnés sur le sujet. Comme Julien Valentin, conseiller départemental du canton de Châlons-en-Champagne 3. «  On ne peut pas faire n’importe quoi sur l’autel du gain. Ce n’est pas parce qu’il y a peu d’habitants qu’il ne faut pas les respecter. »
Dans l’attente de l’avis émis par la Dréal, les neuf éoliennes font l’unanimité contre elles.
 Jean-Marie Cornuaille
*Nous avons contacté la société Global Wind Power qui n’a pas donné suite à nos appels et messages.

Par L'union | Publié le 25/01/2017  http://www.lunion.fr/12867/article/2017-01-25/faux-vesigneul-ils-sont-vent-debout-contre-les-neuf-nouvelles-eoliennes

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sud de l'Aisne 10 machines autorisées

Impact de l’éolien sur l’avifaune en France : la LPO dresse l’état des lieux

« Très chères éoliennes ! » Par Denis De Kergolay