Les programmes des principaux candidats à la présidentielle 2017 ...de droite à gauche


Marine LePen
https://www.marine2017.fr/wp-content/uploads/2017/02/projet-presidentiel-marine-le-pen.pdf

Proposition 133 sur 144

Développer massivement les filières françaises des énergies renouvelables (solaire, biogaz, bois…) grâce à un protectionnisme intelligent, au patriotisme économique, à l’investissement public et privé et aux commandes d’EDF. Décréter un moratoire immédiat sur l’éolien.

François Fillon
https://www.fillon2017.fr/wp-content/uploads/2016/10/ENVIRONNEMENT-ET-TRANSITION-ENERGETIQUE.pdf
Compliqué, pour résumer :
- une position purement économique et technique, ne conserver que les techniques rentables.
- suppression de la CSPE et des subventions pour les nouveaux projets d'énergie renouvelable.
- mais avantages fiscaux en compensation ...

Emmanuel Macron
https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/COMMUNICATION/Programme-Emmanuel-Macron.pdf
Pas trace des énergies renouvelables dans son programme, et la transition énergétique et devenu la la transition écologique ou la transition environnementale ( on trouve aussi la transition numérique, la transition agricole ...)
Par contre sur le site du candidat, les ateliers de l'environnement font de l'investissement dans les énergies renouvelables la priorité absolue ( 67 % d'encore) contre 18 % seulement pour l'isolation des bâtiments.
https://en-marche.fr/article/en-marche-restitution-des-ateliers-du-plan-de-transformation-environnement

Benoit Hamon
Pas de site informatique avec un programme officiel, des éléments concernant les énergies notamment dans l'accord avec les verts.
Donner la priorité à l'écologie
Avec la volonté de remettre l'écologie au cœur de la politique, Benoît Hamon souhaite notamment sortir du diesel à l'horizon 2025 et atteindre 50% d'énergies renouvelables en 2025. Il souhaite également lancer un grand plan de rénovation énergétique des bâtiments publics et privés, ou encore réduire la place du nucléaire, tout en conservant l'interdiction de l'exploitation des gaz de schiste. Il souhaite également négocier au niveau européen pour que 400 millions d'euros de la PAC soient consacrés à agrométéorologie.
Accord avec les verts, paragraphe sur la transition énergétique :
Mise en œuvre d’une sortie progressive et intégrale du nucléaire, avec objectif d'y parvenir à l’horizon d’une génération, soit 25 ans, avec fermeture des premiers réacteurs durant la mandature, afin de respecter l'échéance intermédiaire d’un mix énergétique de 50% en 2025 et prendre en compte l’augmentation de production due aux énergies renouvelables.

Jean-Luc Melenchon
Pas de programme officiel définitivement fixé.
En novembre 2016 il avait énoncé 10 mesures prioritaires, dont 2 qui entrent en contradiction pour l’installation d'éoliennes :
- La mise en place d'un plan de transition énergétique
Selon les adhérents, qui cautionnent l'idée à 36 %, il est nécessaire de miser sur un vaste plan de transition énergétique. Cela signifie, selon le candidat de gauche, de se tourner vers les énergies renouvelables et de sortir du nucléaire. Jean-Luc Mélenchon entend investir 50 milliards d'euros pour faire face à «l'urgence écologique», dont 25 pour le développement des énergies vertes.
- La protection des biens communs
Le candidat de gauche accorde de nouveau une place centrale à l'écologie. Ainsi, il entend placer la «protection des biens communs», tels que l'eau, l'air, le vivant ou encore la monnaie, en tant que priorité. Plus de 33 % des militants soutiennent cette mesure.
Sur le site du candidat, la consultation des insoumis en est à sa  2 ième synthèse  dont le point 3 Énergie :
Un programme ambitieux de transition énergétique doit mettre l’accent sur la réappropriation citoyenne de la gestion des entreprises d’électricité, la promotion des initiatives locales visant la sobriété énergétique et la production d’énergies renouvelables (qui doivent être pensées et bien dimensionnées en fonction des ressources locales). Cela se traduit par exemple par :
-       La création d’un pôle public de l’énergie en lien avec des  initiatives locales comme des coopératives locales de production et consommation d’énergies renouvelables et favorisant l’autoproduction et le partage des excédents.
-       Le refus de l’énergie nucléaire et des risques qu’elle représente.
-       Une plus grande sobriété énergétique, notamment dans l’éclairage public et privé (commerces, panneaux publicitaires, etc.).

Synthèse D.S. Vent de Colère La Fédération

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Union 23 septembre 2017 : impact des éoliennes sur la faune du Laonnois

Droit d'accés aux dossiers éoliens .