Pâques 2016 – Un méga hold-up passé sous silence.


En ce week-end pascal, un méga hold-up a eu lieu dans notre pays sans qu’on n’en entende parler. Près de 25 millions d’euros ont été raflés sans que les forces de police, ni les médias ne s’en émeuvent.

Sont-ce les gens de la Camora, la mafia Russe, un coup de Daesh, des Anonymous ?

Pas du tout...

Ces 25 millions d’euros ont été soutirés dans les caisses d’EDF, c’est à dire dans nos poches, en seulement 2 jours par des voyous tout ce qu'il y a de respectables….
Vous vous demandez comment un tel scandale a pu se produire et pourquoi un tel silence ?  C’est simple.
Le week-end de Pâques, l'économie tourne au ralenti et les besoins en électricité s’effondrent.
Seulement voilà, dans le même temps, le vent s’est mis à souffler sur notre beau pays de France et les quelques milliers d’éoliennes qui agrémentent nos paysages se sont mises à produire, comme jamais, une électricité dont nous n'avions absolument pas besoin.
Du coup, sur le marché Epex Spot, les cours se sont effondrés.
Pas grave, puisque les promoteurs, grâce à leurs complices d’Europe Ecologie Les Verts, qui sont à l’origine du dispositif, bénéficient de la garantie d’achat. Ils percevront donc une rémunération de 91 € par mégawattheure produit !!!
Dimanche, 138 607 MWh ont été produits par les éoliennes. Ce lundi, les prévisions s’établissent à 161 748.
Parce que ce courant est inutile, le prix moyen du mégawattheure sur les 2 jours est dégringolé à seulement 9,44 € sur le marché Spot.
C’est donc à ce prix qu’EDF est contraint de le vendre tandis qu’il l’achète dans le même temps 91 € à nos si « chers » promoteurs.
Donc, pour chaque mégawattheure produit, il nous en coûtera 81,56 €.
Multipliés par les 300 355 MWh qui seront injectés sur le réseau pendant ces 2 jours, ce sont donc 24 500 000 € qui vont nous être subtilisés.
Question d'actualité: Ne serions nous pas considérés comme des cloches???

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sud de l'Aisne 10 machines autorisées

Impact de l’éolien sur l’avifaune en France : la LPO dresse l’état des lieux