Lettre ouverte aux responsables européens concernant le bruit généré par les éoliennes

 
Paris le 23 avril 2015
Lettre ouverte aux responsables européens  concernant le bruit généré par les éoliennes
Demande  d'action en réponse à cette lettre


Mesdames et Messieurs les responsables politiques, fonctionnaires et décideurs,   membres du Parlement et  de la Commission de l’Union Européenne,       
 1) Le 29 Avril 2015 est la date du  20ème anniversaire  de la  journée mondiale de sensibilisation internationale concernant le bruit  International Noise Awareness Day.
Nous tenons à  vous alerter sur les dangers des  infrasons et des  bruits  de basses fréquences (ILFN) qui ont été totalement   et volontairement ignorés par les industriels de l’éolien, mais aussi  par  les hommes politiques et ce qui est encore plus  regrettable  par les autorités sanitaires internationales.    
            
Dans le monde entier l'industrie éolienne fait le maximum pour construire des éoliennes  le plus près possible du domicile des riverains  en ignorant délibérément les  graves problèmes de  santé et les perturbations du sommeil engendrés par ces machines  causées directement par les  basses fréquences qu’elles émettent .       
Les autorités gouvernementales ont été ainsi  des complices en  ignorant  les preuves scientifiques existantes, et les préjudices subis. 
 2) Nous vous demandons donc de faire  votre devoir, et de mener une enquête sur cette question  Il y a maintenant concernant  ces  phénomènes,   une multitude  d’informations, scientifiques et cliniques indépendantes des  industriels du Vent.   
Celles-ci sont répertoriées  sur les sites internet  tels que  epaw.org; ( 878 organisations de 24 pays européens) ; na-paw.org ( 106 organisations Usa–Canada ) ; et par l’ONG waubrafoundation.org.au en Australie. (537 références internationales sont aussi répertoriées sur le site wind-watch.org)
          
Des preuves  scientifiques sont aussi consultables dans  le « Syndrome Eolien » édité par  le médecin américain Dr Nina Pierpont, MD, Ph.D., 2009.   (windturbinesyndrome.com) ou le livre publié en 2009  «  The  Wind Farm Scam » par le Dr John Etherington,  professeur  à l’Université de  Wales 
 3) Les faits montrent  qu’une éolienne émet  des basses fréquences audibles (LFN)  - moins de 200 Hz et des infrasons inaudibles - moins de 20 Hz, mais très bien ressentis .
Ceux-ci  entraînent  des effets néfastes et  extrêmement dangereux pour la santé humaine.      
 La corrélation directe des symptômes  de santé et des vibrations infrasonores  et des basses fréquences a été mise en évidence par le scientifique américain Dr Neil Kelley dans les années 1980. Plus récemment par le travail de Steven Cooper en Australie à Cape
Bridgewater  pour le compte du promoteur  éolien,  « Pacific Hydro », a confirmé de nombreux aspects de la recherche de Kelley trente ans plus tôt.                
 4) La durée de vie d’une éoliennes est de 20 à 25 années et il faudra probablement attendre  encore 25 ans de plus lorsque des nouvelles éoliennes (repowering)  seront automatiquement mises au même endroit pour les remplacer.          
Il est donc impossible à une personne d’y échapper durant toute son existence. Ces gens seront donc exposés aux infrasons  produits par les pales de ces machines qui   passent devant les mats.     
 5) Par conséquent, nous vous demandons  fermement de:
    5.1. Commencer à prendre en compte  les évidences  scientifiques sur les dangers des émissions sonores des éoliennes, qui remontent à plus de 30 ans  (étude de la NASA et autres qui donnent  un aperçu historique sur le bruit des éoliennes). Ces études ont montré que les infrasons pénétraient  plus particulièrement  par les fenêtres et à travers  les murs, et même entraient en résonance et s’amplifiaient dans les habitations  pour causer des effets encore plus sensibles  (cdn.knightlab.com),  (ou en France le rapport de l’Académie de médecine), ou comme  indiqué sans contestation possible  par l’Officiel Prévention  Santé et sécurité au Travail. Une lettre d’alerte de la Fédération Environnement Durable a été officiellement adressée par courrier à l’ensemble des parlementaires français le 19 avril 2015        
    5.2. Cesser d'ignorer la multitude  de riverains qui  dans le monde entier crient au secours et sont même pour certains contraints à quitter leurs maisons à cause des émissions sonores  des éoliennes (voir par exemple: epaw.org; na-paw.org),         
   5.3. Reconnaître que les usines éoliennes sont d'aujourd'hui  un des pires « pollueurs acoustiques » et que la privation prolongée de sommeil est considérée comme une méthode de torture par la « Le Comité des Nations Unies contre la torture » (CAT),       
   5.4. Reconnaître les vérités que  l'industrie du vent veut cacher aux décideurs politiques et aux   responsables bien qu’il existe de nombreuses preuves concernant  les infrasons et basses fréquences et que:
      - Plus les  éoliennes sont puissantes plus elle émettent d’infrasons et de basses fréquences,          
      - Les infrasons sont connus comme se propageant à de  très, très grandes distances,         
     - La pollution sonore  avec de nombreuses éoliennes est beaucoup plus forte que celle d’une seule éolienne, bien que des conséquences graves pour la santé puissent  provenir d’une seule de ces machine si l’habitation ou le lieu de travail est trop près.  
     - Les Infrasons émis par les éoliennes plantées sur des collines se propagent à  de plus grandes distances,
     - Des vents plus forts, une humidité de l'air plus importante , un  bruit de fond plus faible dans les zones rurales, l’ inversion de température, etc., peuvent entraîner de plus grandes incidences négatives et des niveaux relativement élevés de pollution par des infrasons et des basses fréquences,      
     - Aucun des modèles actuels existants  n’est  adapté pour prédire avec précision la pollution  infrasonore et des basses fréquences des éoliennes,  
   - Les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes sont  particulièrement sensibles et sont les plus menacés,      
     - Des distances de protection sans risque adaptés aux différentes tailles d’éoliennes, dans différents environnements n’ont jamais été établies pour protéger les riverains.        
    - Il est indispensable de modifier les mesures de bruit actuelles et de mesurer le  spectre complet dans les habitations. Il faut reconnaître que la mesure sonore actuelle globale du son (dBA) est inappropriée et dangereuse  parce qu'elle  ne tient pas compte des basses fréquences et des infrasons,         
     - Il est fondamental de ne plus utiliser les dBA pour les évaluations de bruit des éoliennes 
    - il est nécessaire d’arrêter immédiatement de subventionner les industriels de l’éolien
                 Dans l’attente de  votre réponse, nous vous prions d’agréer l’expression de nos sentiments distingués.

http://www.epaw.org/echoes.php?lang=fr&article=ns91#fra

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Union 23 septembre 2017 : impact des éoliennes sur la faune du Laonnois

270 éoliennes déjà construites. Bientôt plus de 450 !