Encore un projet !

Un nouveau projet éolien entre Fontaine-les-Vervins et Laigny 

A se demander si dans ce secteur nord-est de l'Aisne une seule commune sera épargnée !


Seule une mobilisation massive de la population face à tous ces projets ineptes et anti écologiques pourra faire échouer  ce pillage ! 

L'Aisne Nouvelle 6 février 2015  


« Permanence publique d’information », c’est le terme employé par la société Maïa Eolis pour dépeindre son intervention à la salle des fêtes de Fontaine. Il s’agissait dans les faits de présenter le projet d’implantations de 7 éoliennes aux habitants en tentant d’anticiper les arguments des opposants.
« Les gens que nous rencontrons sont aussi bien un public opposé au projet qui vient chercher les failles, que des gens sans avis en quête d’informations » jauge le chef de projet Thomas le Bris, qui explique qu’« en réunion publique, ce sont surtout les opposants qui s’expriment. »
Des opposants qui n’ont pas manqué d’être présents lors de cette rencontre.
« On est venus voir si un noyau veut se montrer pour contrer l’affaire », glisse Guy Froissard, de l’association Thiérache à contrevent, tout en précisant qu’il « faut que ce soient des gens du pays qui réagissent. »
Les « gens du pays » sont venus aussi, mais en petit nombre, au compte-gouttes, manifester leur inquiétude quant à ce nouveau projet. Venu de La Bouteille, un couple d’agriculteur rappelle
que chez eux, les éoliennes « on n’en a pas voulu, on est venu à cette réunion car si ce projet voit le jour, on les verra sur la route. De chez nous on ne voit déjà que ça, celles de Montcornet d’un côté, celles d’Iron de l’autre. » Pour ce couple, l’inquiétude repose sur deux plans : celui de l’environnement, dans « un secteur de Thiérache encore très nature » et celui du cadre de vie et des nuisances. « Depuis plusieurs mois, notre chien aboie le soir, on a mis le temps à comprendre que c’était à cause des flashs des éoliennes au loin. Lorsque l’on travaille aux champs à la nuit tombée, ça attire le regard, alors si c’est gênant pour nous, qu’en sera-t-il de nos bêtes ? » poursuit l’agriculteur-éleveur, soucieux pour ses moutons.
Jean-Marc Lamotte, un autre habitant, venu quant à lui de la Chaussée d’Étréaupont, habite à 600 mètres à peine des futures éoliennes. Il craint surtout le bruit que cela pourrait occasionner. « J’habite au pied du parc, je ne suis pas forcément contre les éoliennes, ni buté, mais ça m’inquiète » poursuit ce riverain, peu convaincu par les arguments du chef de projet qui vante une législation stricte.
En effet, par rapport aux relevés effectués avant l’implantation des éoliennes, il ne faudra pas dépasser de 3 décibels la nuit et 5 décibels le jour, le bruit ambiant. Une nuisance que le promoteur juge « infime » au regard du bruit occasionné par la circulation sur la RN2. Au pire dit-il, « si on dépasse, la loi nous impose un plan bridage et une baisse de la production électrique. »
Un plan de bridage qui « n’est pas non plus un arrêt total » regrette Jean-Marc Delmotte, qui craint notamment de ne plus pouvoir dormir la fenêtre ouverte en été.
Un autre habitant venu de Laigny, où une éolienne est prévue, a un avis plus tranché sur la question. « Je suis contre, on ne doit pas mettre ça dans des zones habitées, la distance minimale de 500mètres entre les mats et les habitations n’est pas suffisante. Il y a les contraintes sonores selon le vent, les contraintes visuelles comme les flashs la nuit et l’ombre des pales en journée. Je connais une personne qui doit désormais fermer ses volets quand il fait beau, car les pâles coupent les rayons du soleil par intermittence, qui fait comme des flashs dans le salon. À longueur de journée, vous ne le supportez plus. Je me demande aussi si ça n’aura pas un impact sur l’immobilier avec un risque de moins-value. »
Du côté des élus, le premier concerné, le maire de Fontaine Laurent Marlot se dit « plutôt favorable à condition que la commune tire des avantages. De toute façon il suffit qu’on dise qu’on est contre, et on ira les mettre 50m plus loin, résultat on aura les nuisances et aucune retombée. C’est une pollution visuelle on ne peut pas le nier, mais soit on revient aux silex de l’âge de pierre, soit on avance un peu. En tout cas il faut que ce soit une ressource pour la commune. Il peut y avoir une moins-value immobilière qu’il faudra compenser par des aménagements, réfection de chaussée, enfouissement, la nouvelle médiathèque. Ça peut être une chance pour la Thiérache. »
En ce qui concerne les conséquences possibles sur le tourisme, l’élu est peu inquiet. « Citez-moi un seul exemple de projet touristique en Thiérache ? Ce ne sont pas des éoliennes qui vont empêcher les touristes de visiter les églises fortifiées. De toute façon, le conseil municipal peut voter contre, c’est au final le préfet qui décide. Notre rôle d’élu sera de négocier avec la communauté de communes, qui ne devra pas tout prendre pour ses frais de fonctionnement et que ça profite aux habitants. »
Yohann DELEU

source :  :www.aisnenouvelle.fr/region/un-nouveau-projet-eolien-entre-fontaine-les-vervins-et-laigny-ia16b109n174277+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Union 23 septembre 2017 : impact des éoliennes sur la faune du Laonnois

270 éoliennes déjà construites. Bientôt plus de 450 !