Infrasons

L'évaluation des émissions sonores des éoliennes ne doit pas se limiter aux Db(A). C'est une question de santé publique.

Les sons dont le spectre est partiellement ou totalement en dehors de l’intervalle 20 Hz – 20 kHz sont classiquement qualifiés d’inaudibles. Pourtant, la sensibilité de l’oreille s’étend en dehors de cet intervalle même si elle est beaucoup plus faible pour les infrasons et les sons de basses fréquences. De plus, l’être humain peut percevoir les infrasons par d’autres voies que le seul chemin auditif. En milieu industriel, dans la nature ou à proximité d’installations industrielles, les sources infrasonores sont nombreuses.


L’existence d’effets nuisibles ou désagréables à l’homme de ces sons quasi-inaudibles est un fait prouvé dès lors que leurs niveaux sont suffisamment élevés.

Cet article propose, au moyen d’une revue bibliographique, d’éclairer le lecteur sur la sensibilité humaine aux infrasons et aux basses fréquences, sur les effets physiologiques constatés lors d’une exposition à des niveaux élevés et sur les mesures de prévention possibles.

https://drive.google.com/file/d/0Bwwg2XcCgh50SFotXzNtV0FhNk0/view?usp=sharing

Commentaires

  1. voir aussi : La prévention des risques professionnels des infrasons : http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/lutte-contre-le-bruit/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=43&dossid=521

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Union 23 septembre 2017 : impact des éoliennes sur la faune du Laonnois

270 éoliennes déjà construites. Bientôt plus de 450 !